twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Mauritanie, le régime impose un couvre feu numérique

mercredi 26 juin 2019

Le lendemain de l’élection largement fraudée du candidat du pouvoir, le général Ghazouani, les autorités de Nouakchott ont coupé les réseaux sociaux pour empêcher la contestation de s’étendre.

La France s’est empressé de saluer, le mardi 25 juin, « le bon déroulement de l’élection présidentielle », intervenue « dans un climat pacifique », et « félicité » Mohamed Ould Ghazouani, le candidat du pouvoir élu dès le premier tour (1). Il est vrai que l’actuel ministre français des Affaires étrangères et ancien ministre de la Défense de François Hollande, Jean Yves Le Drian, n’a cessé depuis 2012 d’entretenir les meilleures relations avec le président sortant, Mohamed Oulld Abdel Aziz, salué comme le bon élève du G5 Sahel. Et cela malgré les petits arrangements connus de tous du président avec les groupes djihadistes. https://mondafrique.com/les-reseaux...

Sur place à Nouakchott, la situation est nettement moins brillante que ne le dit à Paris le Quai d’Orsay. Des centaines de manifestants ont manifesté dès le lendemain du vote. du 22 juin. Depuis, la mobilisation populaire n’a pas cessé. Dès dimanche, les autorités mauritaniennes ont coupé Internet pour tenter de limiter l’ampleur des manifestations. Leur hantise est qu’un scénario à l’algérienne commence à embraser le pays tout entier.

(...)

Sauve qui peut !

La coupure d’internet est en revanche une mesure inédite en Mauritanie. Au pouvoir depuis 2008, le président sortant, Mohamed Ould Andel Aziz, a tenté, depuis le printemps arabe de 2011 de présenter une façade légaliste à ses partenaires internationaux. Même si le régime a persécuté ses opposants les plus déterminés, Aziz tolérait quelques sites d’information sans grands moyens, mais indépendants, dont les animateurs étaient régulièrement poursuivis. Le régime mauritanien, ces jours ci, ne prend plus de gants.

Interrogé par des journalistes sur ces coupures, le ministre de l’Intérieur a semblé ironiser. « Vous n’avez pas d’autres moyens qu’internet pour travailler ? » a-t-il répondu, le sourire aux lèvres.

(...)

(Source : Mondafrique, 26 juin 2019)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)