twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Maurice fait de la gouvernance numérique une priorité pour accélérer la modernisation de son administration

vendredi 7 avril 2017

Aujourd’hui s’est achevée à Balaclava, à l’île Maurice, la quatrième édition de l’e-Gov conférence organisée par la State Informatics Limited (SIL), la société Oracle et le gouvernement. La rencontre de deux jours a été l’occasion pour les autorités mauriciennes d’explorer les tendances façonnées par les technologies SMAC (Social media, mobile computing, analytics et le cloud) à travers le monde, présentées comme la prochaine phase de l’e-gouvernance, et la façon dont le gouvernement peut se les approprier pour faciliter davantage l’accès des populations aux services publics.

S’exprimant lors de la conférence qui avait pour thème : « Digital transformation in public administration », le ministre des Technologies, de la communication et de l’innovation, Yogida Sawmynaden (photo), a expliqué que l’Etat mauricien a tout à gagner à généraliser l’e-gouvernance. D’après lui, avec cette solution, les usagers ne perdront plus de temps faire la queue dans les administrations publiques. Toutes les démarches administratives pourront se faire, pour ceux qui le souhaiteront, à domicile par le biais de l’internet.

D’après le département des Affaires économiques et sociales des Nations unies, dans le rapport 2016 sur l’e-gouvernance, Maurice est classé parmi les pays avec un haut index de développement de la gouvernance numérique. Il est à la 58ème place mondiale sur 170 pays et la première en Afrique. Les autorités mauriciennes, à travers la volonté de moderniser davantage l’administration publique, voudraient que le pays rejoigne le carré des nations avec un très haut index de développement de la gouvernance numérique dans lequel se trouvent 29 pays d’Amérique, d’Europe, d’Asie et d’Océanie.

(Source : Agence Ecofin, 6 avril 2017)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)