twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Macky Sall invite les opérateurs de télévision à produire des programmes et contenus de qualité

jeudi 18 juin 2015

Le président Sall a exprimé, hier, sa satisfaction, en lançant officiellement le passage du Sénégal au numérique, soulignant que notre pays a fait ce saut qualitatif grâce à l’expertise nationale sans endetter. Il a invité les opérateurs de télévision à produire des programmes et contenus de qualité.

Le passage de l’analogie au numérique induit des réductions de charges pour les opérateurs de télévision. Avant, le titulaire d’une autorisation d’exploitation d’un service audiovisuel était soumis à diverses obligations comme assurer une couverture nationale par l’installation d’émetteurs et des antennes de réception sur l’ensemble du territoire avec toutes les charges liées à la maintenance. Il devait également supporter les dépenses liées à la couverture satellitaire en contractant avec un opérateur international, s’acquitter d’une redevance auprès de l’Artp au titre de l’occupation d’une fréquence affectée. « Seul le service public se rapproche de ces exigences contractuelles », a rappelé Macky Sall. Avec le numérique, ces dépenses disparaissent. Ainsi, ils peuvent faire des économies. Avec les économies qui seront réalisées avec la Tnt, le président Sall les a invités à investir une partie de ces gains, dans la production de programmes et contenus de qualité, dans la formation, la mise à niveau des ressources humaines, c’est-à-dire du personnel. « J’invite les opérateurs de télévision, avec la Tnt, avec le soutien de l’Etat, d’investir dans la production et des contenus de qualité. Cela nous aiderait. C’est un effort que chaque groupe devra faire. La concurrence est certes rude mais il faut que la qualité fasse la différence », a lancé le chef de l’Etat.

Il a également invité à une exploitation responsable des opportunités offertes par la Tnt, avec des programmes orientés vers des sujets de développement tels que l’éducation, la santé, l’agriculture. « Je souhaite que les capacités d’exploiter quelques canaux pour diffuser de nombreuses chaines de télévision soient judicieusement exploitées pour enrichir le panorama audiovisuel par des chaines thématiques dans les secteurs de l’éducation, de la santé, du tourisme, de l’agriculture, de l’environnement, de la bonne gouvernance, entre autres », a dit Macky Sall. « L’enjeu des infrastructures étant pour l’essentiel maîtrisé, il nous faut nous engager dans la perspective de productions audiovisuelles de qualité conformes aux attentes de nos populations et aptes à propulser l’industrie prometteuse de l’audiovisuelle dont les capacités de génération d’emplois et de richesses sont exceptionnelles. Je ne doute pas que chacun d’entre nous évalue le pas que nous allons franchir avec le numérique et que les éditeurs comme les usagers seront faire de la télévision sénégalaise, un outil de convivialité adossée à des valeurs propres à un peuple responsable et soucieux de son unité », a-t-il ajouté.

Macky Sall a insisté sur l’encadrement, en invitant à des comportements citoyens. « Il ne s’agit pas d’avoir sa télévision et de faire ce que l’on veut au point même de compromettre l’unité nationale ou l’intégrité territoriale », a-t-il dit. « C’est une invite à des comportements citoyens pour que cette innovation de la technologie ne soit pas un prétexte pour poser des difficultés. Aujourd’hui, les terroristes utilisent beaucoup les technologies de l’information et de la communication, les réseaux sociaux pour commettre leurs forfaits. Ces technologies sont aussi à la portée de personnes mal intentionnées qui peuvent, par ce canal, atteindre tous les foyers et y développer des propagandes qui ne seraient pas dans l’intérêt national  », a-t-il souligné. Il a ajouté que les nouveaux médias vont conditionner notre quotidien avec la convergence de l’Internet haut débit et de la Tnt, l’éclosion des multi-écrans et l’énorme potentiel du mobile et des objets connectés.

C’est pourquoi, il a demandé la mise en place rapide d’un cadre juridique qui sera en adéquation avec les nouveaux systèmes numériques. Dans ce sens, le Comité national de pilotage de la transition de l’analogique au numérique a soumis au chef de l’Etat une série de propositions qui pourront aboutir à « despropositions de lois et de décrets ».

Mamadou Guèye

(Source : Le Soleil, 18 juin 2015)

Post-Scriptum

Gel et audit des fréquences non exploitées

Depuis hier, à minuit, le Sénégal a passé de l’analogie au numérique. Procédant au lancement officiel, de ce passage, le chef de l’Etat a annoncé le gel des fréquences non attribuées et à l’audit de celles attribuées et non encore exploitées. « Suite à la mise en place de la Tnt, j’ai décidé du gel des fréquences non encore exploitées et de l’audit de toutes les fréquences en dormance distribuées par dizaine sans discernement et sans base légale par le passé », a-t-il déclaré, soulignant que les attributaires devront justifier de leur condition d’attribution et leur éligibilité, le respect de la convention et du cahier des charges applicable à l’exploitation d’un service audiovisuel. « Il ne s’agit pas de répression mais il s’agit de se conformer à la législation et au nouveau cadre que nous impose la Tnt », a précisé Macky Sall. Avec la Tnt, les fréquences attribuées sont retirées et l’Etat a affecté à chaque opérateur un canal dans le multiplexe.

Macky Sall a rappelé que la fréquence est une ressource publique et constitue une emprise accordée sur le domaine public de l’Etat. « La fréquence n’appartient donc pas aux opérateurs mais au patrimoine de l’Etat. Leur retrait, dans le cas d’espèce, n’entraine, pour l’Etat, que l’obligation de compenser par l’affectation d’un canal dans le multiplexe. La redevance initialement prévue et jamais acquittée, en contre partie de l’occupation d’une fréquence, se transforme en redevance de droit de passage par le multiplexeur », a-t-il précisé.

Le président a vivement félicité le président Babacar Touré et son équipe, en invitant les Sénégalais à avoir foi en nos capacités. « Chacun de nous doit avoir confiance en nos capacités à réussir de grands projets si nous procédons avec méthode. Osons aller de l’avant, faisons confiance à nos capacités », a dit le chef de l’Etat.

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)