twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Libéralisation d’un secteur en perte de vitesse : Y aura-t-il un concurrent de la Sonatel sur le fixe ?

vendredi 2 avril 2004

L’Etat du Sénégal lancera, en juin 2004, un appel à la concurrence sur la téléphonie fixe. Mais cet appel à la concurrence va-t-il faire tomber le monopole de la Société nationale des télécommunications (Sonatel) ? Autrement dit, l’opérateur sénégalais des télécommunications aura-t-il à ses côtés de nouveaux concurrents de renommée mondiale ? En tout cas, la libéralisation de la téléphonie fixe intervient à un mauvais moment, c’est-à-dire à un moment où celle-ci est en perte de vitesse, victime qu’elle est du boom de la téléphonie mobile. Cet outil pratique qui est en passe de lui ravir la vedette a, en effet, tendance à s’imposer sur le marché mondial. Les clients portent de plus en plus leur choix sur le portable. Pour la simple raison qu’ils pourraient être joignables partout et à tout instant.

Aussi, de grands opérateurs des télécommunications n’hésitent plus à s’investir dans un créneau aussi rentable que le portable. C’est le cas de Deutsche Telekom, un opérateur allemand qui s’est désintéressé de la libéralisation de la téléphonie fixe au Sénégal. Son porte-parole, M. Broszio Stéphane, soutient que son entreprise a pris la décision de "concentrer désormais ses efforts" sur les marchés de l’Europe et de l’Amérique où il y a plus de potentialités pour la téléphonie fixe. Seulement, ces marchés ne sont pas encore accessibles à toutes les bourses. Surtout en raison de leur coût. Lequel demeure pour l’instant élevé.

Mais les amoureux du portable n’ont pas à s’inquiéter. Car ils peuvent toujours profiter de l’ouverture à la concurrence que l’on constate maintenant partout dans le monde. En effet, les nouveaux opérateurs qui viennent s’installer sur le marché d’un quelconque pays cassent les prix. Leur objectif primordial étant d’attirer le maximum de clients. C’est le cas au Sénégal où deux opérateurs de téléphonie mobile se disputent les clients. Une bataille de leadership qui fait bien l’affaire de ces derniers. En ce sens qu’en plus de la réduction du prix de l’appareil et de l’abonnement au réseau, ils bénéficient en même temps de la qualité du service proposé par l’opérateur. Et il en sera ainsi au fur et à mesure que le boom des téléphones portables s’intensifiera. C’est dire que l’avenir de ce téléphone sans fil est prometteur. Au grand dam du fixe qui, en revanche, perd de plus en plus du terrain.

Ndakhté M. GAYE

(Source : Wal Fadjri 2 avril 2004)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)