twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les télé-diffuseurs appelés à veiller à la protection des enfants

jeudi 20 février 2014

Le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA) a invité jeudi les diffuseurs de programmes de télévision au respect du cahier des charges contenant les règles encadrant la télédiffusion au Sénégal, en vue d’une meilleure protection des enfants contre les dérives liées à l’audiovisuel.

"L’autorisation de diffusion de programmes audiovisuels s’accompagne d’un cahier des charges applicable aux titulaires de cette autorisation, et qui l’enjoint à mettre un mécanisme de protection du jeune public, par rapport au contenu qui est diffusé", a dit Cheikh Mouhamadou Bamba Niang, directeur de cabinet du président du CNRA.

"Ce mécanisme [de protection de l’enfant] est prévu par le cahier des charges en ses articles 24, 25 et 26. Ces dispositions nous disent que chaque chaîne de télévision doit comporter en son sein une commission de visionnage qui procède à la classification des émissions et à leur affecter une signalétique", a expliqué M. Niang lors d’un point de presse.

La signalétique a l’avantage de mettre le public en garde contre "les dangers d’exposition de l’enfant à un certain nombre de contenus inadéquats", a-t-il rappelé.

"La signalétique, a ajouté M. Niang, c’est aussi l’avertissement, pour que l’enfant qui regarde un certain contenu ne soit pas porté ou emmené à reproduire des faits et gestes pouvant entraîner des conséquences néfastes sur sa santé, sa stabilité et son épanouissement."

"Le CNRA lance un appel, à l’endroit des opérateurs de télévision, pour que non seulement cette commission soit mise en place, mais que sa composition soit bien réfléchie, dans le but de mettre des personnes qui soient en mesure d’évaluer l’impact du contenu des émissions sur le public, et particulièrement sur le jeune public", a souligné Cheikh Mouhamadou Bamba Niang.

Il affirme que "le cahier des charges interdit la diffusion, à la portée des enfants, d’émissions comportant une certaine dose de violence parfois exacerbée et préjudiciable au développement et à l’épanouissement psychomoteur de l’enfant".

"Il y a aussi un certain nombre de contenus qui doivent faire l’objet d’une réflexion partagée, en ce qui concerne leur pertinence, leurs caractéristiques et leur influence sur les enfants. Et si ce dispositif n’est pas correctement mis en place, cela veut dire que l’offre n’est pas réellement réfléchie", a expliqué le directeur de cabinet du président du CNRA.

"Une télévision est extrêmement importante. C’est un canal est extrêmement puissant, qui s’adresse à un public diversifié. Il est important que ce qui est diffusé par les chaînes de télévision soit en adéquation avec les exigences de préservation et de protection du public qui suit les émissions", a insisté M. Niang.

(Source : APS, 20 février 2014)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)