twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les enjeux et défis de la Cybersécurité (2)

mardi 10 juin 2014

1. Cybersécurité : c’est quoi ? Union Internationale des Télécommunications (UIT) Résolution 181, Recommandation UIT-T X.1205, définition de la Cybersécurité :

« On entend par Cybersécurité l’ensemble des outils, politiques, concepts de sécurité, mécanismes de sécurité, lignes directrices, méthodes de gestion des risques, actions, formations, bonnes pratiques, garanties et technologies qui peuvent être utilisés pour protéger le cyberenvironnement et les actifs des organisations et des utilisateurs. Les actifs des organisations et des utilisateurs comprennent les dispositifs informatiques connectés, le personnel, l’infrastructure, les applications, les services, les systèmes de télécommunication, et la totalité des informations transmises et/ou stockées dans le cyberenvironnement. La Cybersécurité cherche à garantir que les propriétés de sécurité des actifs des organisations et des utilisateurs sont assurées et maintenues par rapport aux risques affectant la sécurité dans le cyberenvironnement. Les objectifs généraux en matière de sécurité sont les suivants :

- Disponibilité ;
- Intégrité, qui peut englober l’authenticité et la non-répudiation ;
- Confidentialité. »

Les enjeux et défis de la Cybersécurité

Enjeux économiques

L’un des plus grands intérêts d’adopter une stratégie de cybersécurité axée sur des moyens techniques et juridiques est d’éviter les pertes économiques de l’entreprise. Les atteintes au bon fonctionnement des sites et des systèmes se traduisent en pertes de chiffres d’affaires de plusieurs jours, parfois davantage si les dommages informatiques sont lourds. Ainsi, le ralentissement de l’activité de l’entreprise causé par les attaques dont elle est victime peut constituer un réel manque en gagner et se répercuter sur le marché, si cette entreprise est incontournable dans son secteur.

Par ailleurs, les intrusions dans le système d’information de l’entreprise peuvent donner lieu à des vols massifs d’informations sensibles ainsi qu’à des pertes de compétitivité, entraînant de ce fait une perte d’avantage concurrentiel.

Enjeux sécuritaires

La sûreté de l’Etat, la défense nationale et la sécurité publique sont des enjeux majeurs de la cybersécurité aujourd’hui au Sénégal. Dans l’administration sénégalaise, les services et départements ministériels gèrent des dossiers très sensibles. Les technologies de l’Information et de la Communication sont fortement utilisées par ceux-ci ; de ce fait les systèmes d’information doivent suffisamment être protégés contre d’éventuelles menaces. Même s’il existe un cadre normatif pour prévenir et sanctionner les actes cybercriminels, des mesures techniques et organisationnelles doivent être prises dans l’administration. La cybersécurité est dès lors une affaire de souveraineté nationale, il faut protéger les secrets de la nation, qu’ils soient politiques, militaires ou technico-industriels.

Les défis de la cybersécurité

Les défis juridiques

Dans un contexte d’une cybercriminalité transfrontalière les Etats africains doivent aller vers une coopération juridique et judiciaire pour y faire face. C’est dans ce contexte que la Convention Africaine sur la Cybersécurité et la Cybercriminalité a été adopté par la Conférence des chefs d’Etats de l’Union Africaine en mai 2014.

Par ailleurs, concernant le cadre institutionnel, le Ministre de l’Intérieur du Sénégal a annoncé la création au Sénégal d’un Centre National de Cybersécurité qui contribuera à la lutte contre la cybercriminalité.

Autres défis de la cybersécurité

le cloud-computing

Le cloud-computing ou informatique « en nuages » renvoie à l’externalisation du stockage et du traitement de l’information sur des serveurs virtuels. Le Cloud peut être privé (les serveurs sont physiquement dans l’entreprise), public (les serveurs sont chez un prestataire) ou hybride. Ce système de stockage et de traitement utilisé par les entreprises et par les personnes physiques présente certes des avantages, mais en termes de sécurité y a pas de « risque zéro ». Des problématiques de sécurité sont souvent liées au cloud, notamment la localisation des données externalisées et la récupération des données perdues en cas de sinistre.

L’Utilisation des services d’un cloud pour le stockage de données est conséidéré comme un transfert de données vers un pays tiers dès lors que le prestataire du cloud a élue domicile dans un pays tiers. A cet effet, si les données stockées sur le cloud portent sur des données personnelles, une autorisation d’utilisation du cloud pour héberger lesdites données est requise. La demande d’autorisation est faite auprès de la Commission des données personnelles.

Le « BYOD » (Bring Your Own Device)

Le « BYOD » est une politique d’accès aux informations de l’entreprise par des outils informatiques personnels. Avec cette politique, l’employé de l’entreprise pourra travailler avec son ordinateur personnel et même avec son smartphone, soit dans son lieu de travail ou en dehors. Le « BYOD » facilite le travail l’employé qui peut profiter de la mobilité de ses propres outils technologiques pour travailler partout. Toutefois, il existe plusieurs problèmes de sécurité avec l’intégration de tablettes et de smartphones, notamment l’absence de séparation des usages privés et professionnels, le risque de perte de données, la perte du contrôle des applications ayant accès aux données de l’entreprise, l’affaiblissement de la gestion des accès et des identités.

Mohamed Diop

(Source : Droit sénégalais des technologies et des télécoms, 10 juin 2014)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)