twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les TIC dans la promotion de la santé : convention de partenariat entre le Sénégal et l’université de Californie du Sud

samedi 13 mars 2004

Le ministère de la Santé et de la Prévention (MSP) du gouvernement du Sénégal et l’University of Southern California (USC) des Etats-Unis d’Amérique ont signé, hier après-midi à Dakar, une importante convention de partenariat dans le développement des technologies de la Communication (TIC) en faveur de la prévention de la maladie, avec comme cibles prioritaires : le VIH/SIDA, le paludisme et la tuberculose, trois endémies qui sont les problèmes de santé publique au Sénégal.

Cette signature s’est effectuée entre le ministre de la Santé et de la Prévention, le Dr Issa Mbaye Samb, et le Dr Koïchi Mera, directeur du CIPPAD, un spécialiste réputé du développement international et de M. Alexandre Rideau, directeur de ce projet, représentant l’USC au Sénégal, pour la mise en oeuvre d’un projet intitulé Réseau Africain de l’Education pour la Santé (RAES).

Juste après la signature de cette convention, le ministre de la Santé et de la Prévention a souligné que ce projet bénéficie d’un engagement politique très fort du chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade, et de lui-même, dans la mesure qu’il permettra, grâce à une coopération entre une université américaine réputée et les services techniques du ministère de la Santé et de la Prévention, de renforcer fortement et durablement les activités de prévention de la maladie, jusqu’au niveau le plus décentralisé de la pyramide sanitaire ".

Ce partenariat, nous a-t-on confié, est soutenu depuis le mois de juillet 2003 par le président de la République, Me Abdoulaye Wade, et le ministre de la Santé et de la Prévention, le Dr Issa Mbaye Samb, qui ont d’ailleurs décidé d’apporter un appui au bon déroulement de sa phase préliminaire de six mois.

Il va permettre aux spécialistes de la Communication sociale, de l’Education, du Développement du Centre International de Recherche sur les Politiques de Développement (CIPPAD) et d’autres institutions comme l’Ecole de Médecine Keck, qui appartiennent à l’USC, de lancer, en collaboration principalement avec le Service National de l’Education pour la Santé, la Direction des Etudes, de la Recherche et de la Formation (DERF) et la cellule de Communication du MSP, un vaste programme de prévention à travers Internet. Ils mèneront conjointement des interventions spécifiques sur le terrain, en soutien aux programmes nationaux contre ces trois maladies suscitées.

Ces interventions de terrain, qui seront planifiées sur la base des besoins nationaux, vont être réalisées grâce à une logistique informatique basée à Dakar et à Los Angeles (Etats-Unis).

Le projet va durer trois ans (2004-2007), au cours desquels le réseau va se tisser au fur et à mesure sur toute l’étendue du territoire national. L’évaluation des résultats au Sénégal va ensuite permettre une extension, après 2007, à d’autres pays de la sous-région ouest-africaine et de connecter ce réseau à d’autres initiatives sur les TIC, pour couvrir toute l’Afrique subsaharienne (anglophone et francophone).

CONTENUS NOVATEURS ET MODULE DE FORMATION A DISTANCE

"Ce site Internet, selon le Directeur de ce projet et représentant de l’USC, va faciliter, à travers plusieurs sections dans son contenu, la dissémination de l’Information sur le secteur de la santé (programmes et projets, ONG et OCB, directions et services du MSP, Organismes internationaux partenaires au développement, sources de financement, etc.) "

Il y aura, en outre, sur ce site une bibliothèque virtuelle, des fiches, des conseils pratiques sur les maladies, un annuaire sur les acteurs et les interventions au Sénégal, un large forum de discussion et des outils didactiques sur la prévention (écrits, dessins, outils audio et vidéo). Il va abriter enfin un module de formation à distance, qui sera utilisé pour les activités de formation à travers les systèmes de santé et de l’éducation formelle.

La particularité de ce projet est qu’il mettra en oeuvre des équipes mobiles dans un bus et des véhicules tout terrain, dotés d’une radio communautaire itinérante qui émettra dans les langues nationales et en français, de matériels informatiques et audiovisuels d’animation, de supports didactiques, d’un dispositif de consultation et de diagnostic ou de dépistage rapides des maladies, etc.

Dans ce communiqué remis à la presse, on y note aussi que " ce réseau informatique, par son offre en termes de contenus et de cibles, va être un complément très intéressant du système d’information et de gestion (SIG), déjà à l’oeuvre par l’entremise de la Direction des Etudes, de la Recherche et de la Formation, dirigée par le médecin colonel Babacar Dramé ". Le SIG, a précisé le médecin colonel Babacar Dramé, est un réseau information (161 ordinateurs, 8 serveurs et un routeur) qui relie au niveau central, à Dakar, tous les districts sanitaires et les régions médicales. Il permet de suivre en temps réel la situation sanitaire nationale et au système de santé de réagir rapidement en cas d’épidémie.

APPROCHE PARTICIPATIVE ET MULTISECTORIELLE

Pour sa part le chef du service de l’Education pour la Santé, M. Racine Talla, il a souligné les opportunités intéressantes qu’ouvrent ce projet sur le plan de l’IEC en direction des populations et surtout des cibles à risque, mais aussi de la formation des agents de santé, des relais communautaires, etc. " C’est un projet qui va se greffer à ce qui se fait déjà en matière de promotion de la santé et de renforcement des capacités des acteurs du SNEPS et des OCB ", a dit M. Talla.

Le communiqué indique également que d’autres entités, dont notamment l’ONG " Groupe d’études et d’enseignement de la Population " (GEEP) et l’ONG " Enda Santé ", mais aussi le Centre médico-scolaire du ministère de l’Education, le RESSIP/CONGAD, des médiats publics et privés vont participer à la mise en place de ce projet élaboré par l’USC (une des cinq plus grandes universités de Recherche des Etats-Unis) puis validé au Sénégal en novembre 2003.

Il précise que les activités d’information et de formation (Internet et interventions de terrain) visent, en plus du grand public, plusieurs cibles précises, dont les agents de santé, les leaders et relais d’OCB et d’ONG, les journalistes en santé des différents médiats du Sénégal, les communicateurs traditionnels, les tradipraticiens, les groupements de femmes, les élus locaux, la population scolaire (soit près de trois millions de personnes réparties du préscolaire aux universités, en passant par les écoles primaires, les lycées et collèges du Sénégal.

Le communiqué du projet RAES révèle enfin " que durant ces trois prochains mois, d’autres spécialistes américains de l’USC viendront au Sénégal pour contribuer à la mise en oeuvre de ce projet et ouvrir, si possible, de nouvelles perspectives. Ce sont, entre autres, le Pr. Mme Andrea KOVACS, très réputée dans ces recherches sur le VIH/SIDA, notamment dans la lutte contre la transmission du VIH de la mère à l’Enfant, le Pr. William Bill RIDEOUT (spécialiste de l’Education), M. Doe Mayer (Communication), etc. Liens Pertinents Afrique de l’Ouest Sénégal NTCI et Télécommunication USA, Canada et Afrique Santé et Médecine

Le communiqué souligne que le Dr Koïchi Mera est un ancien diplômé de l’université de Harvard (Etats-Unis). Il a plus de 35 ans d’expériences dans le développement international. Ses travaux l’ont mené à travailler 15 ans pour la Banque mondiale. Il a enseigné dans plusieurs universités dont celles de Harvard, de Tsukuba (Japon), de Tokyo (Japon) et de Californie du Sud (Etats-Unis).

Il est auteur de quatre livres et plus de 30 articles de recherche. Il a tenu des conférences dans le monde entier. Ces fonctions incluent la présidence des Sciences régionales Appliquées et du conseil de la Ceinture du Pacifique pour le Développement. C’est une grande autorité américaine unanimement respectée et intégrée aux réseaux majeurs du Développement International. Depuis son arrivée à Dakar, le Dr Koïchi Mera a rencontré plusieurs officiels sénégalais des secteurs de la Santé et de l’Education, ainsi que d’organismes partenaires au développement.

Fara Diaw

(Source : Le Soleil 13 Mars 2004)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)