twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Législatives et réseaux sociaux : La tricherie des candidats sur le Net

mardi 11 juillet 2017

Au Sénégal, une partie de la campagne des législatives se joue sur les réseaux sociaux. Tous les candidats ont investi ce champ, avec de multiples stratégies pour conquérir toujours plus d’audience, donc d’électeurs. Ils sont conscients du caractère éminemment important des réseaux en matière politique. Mais la popularité des publications est parfois trompeuse.

En réalité, certains candidats se sont attachés les services de spécialistes résidants hors du pays. Et la manipulation de l’opinion commence d’abord avec des chiffres de popularité qui ne correspondent pas forcément à la réalité. Les chiffres des posts, vidéos ou autres photos peuvent se révéler bidon. « Parfois c’est le candidat lui-même ou ses proches qui ajoutent des commentaires et des J’aime. Ils font le travail des internautes », nous apprend-on.

D’ailleurs, des spécialistes du net ont avoué à Dakaractu leur implication dans le trucage des chiffres. Les contenus sont parfois manipulés par des étudiants résidants en France, par exemple. Les montages d’images de certains sites, les titres racoleurs et les fausses nouvelles sont en effet fabriqués hors du pays.

La stratégie consiste à publier beaucoup de statuts qui ne récoltent pas forcément beaucoup de « J’aime ». Certaines influences sont alors invisibles. A noter que les pages officielles des candidats ne sont pas toujours crédibles. Et peu d’internautes savent qu’il s’agit de faux profils de candidats. Le public sénégalais de Facebook et de YouTube, peut donc se retrouver sous influence. En effet, les réseaux sociaux constituent la première source d’information pour les jeunes au Sénégal. Autres articles

(Source : Dakar Actu, 11 juillet 2017)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)