twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le décisionnel open source, un mouton à cinq pattes pour le continent africain.

mercredi 18 octobre 2006

Depuis l’avènement de la vague open, les éditeurs d’applications n’ont cessé de s’allier et les utilisateurs de se regrouper en communautés. Pour dire simplement que le décisionnel open source a bouleversé le monde.

Face à cette montée du libre, les pays du sud et l’Afrique généralement sont sans doute les heureux beneficaires de cet univers sans licence pour une stratégie de lutte contre la fracture numérique.

Bien que le décisionnel ne soit pas très connu dans le continent africain du fait que c’est une petite minorité d’entreprise qui l’utilisent il faut dire que les éditeurs sont portant présents du fait de la délocalisation et des différentes politiques offshore des éditeurs.

Au Sénégal par exemples il y a moins d’une dizaines d’éditeurs qui développent totalement des applications destinées à l’Europe ou aux USA ou alors travaillent sur des projets décisionnels dans des BackOffice installés localement.

L’Afrique caractérisée par sa faible participation au commerce mondial a un tissu de PME/PMI très représentatif avec un secteur dit « informel » qui s’est développé en marge des grandes entreprises, legs de la colonisation. L’introduction des solutions informatiques appliquées à la prise de décision se fait progressivement mais le rythme est très lent et l’essentiel des applications ERP, CRM, etc.utilisés sont sous licence.

C’est surtout du coté des grandes entreprises ou des filiales des multinationales basées en Europe ou aux USA que l’on peut le retrouver (décisionnel) alors que les entreprises de moyennes tailles en ont elles aussi besoin pour la gestion de l’information sur l’environnement économique, sur les concurrents mais aussi pour la connaissance client avec les modules gestion de la relation client.

Faute de bonne information, les principaux utilisateurs d’applications au Sénégal, ignorent l’existence de solutions open source susceptibles de concurrencer le monde du « logiciel propriétaire ».

Pour preuve il faut voir la notoriété de la base de données Mysql qui est la plus utilisée au monde ou simplement le dernier baromètre (de Relation client) des CRM qui a vu SugarCrm être récompensé par les utilisateurs.

L’Afrique doit etre consciente des enjeux des solutions comme Compiere, Pentaho et autres applications open source pour prendre le train en marche et etre pour la première fois au diapason des outils décisionnels pour une bonne santé de ses entreprises et une compétitivité de son économie.

Aboubacar sadikh NDIAYE
Oméga Intelligence
omegaintelligence@yahoo.fr

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 5324 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 17 juin 2016)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)