twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’Afrique n’est pas un désert numérique et elle tweete

samedi 28 janvier 2012

Les Africains qui tweetent ont de 21 à 29 ans, ils sont plus jeunes que la moyenne mondiale (39 ans) et utilisent majoritairement un téléphone mobile pour tweeter.

Contrairement à ce que pensent certains, Twitter n’est pas seulement un phénomène réservé aux pays riches. C’est une étude réalisée au quatrième trimestre 2011, par Portland Communications et Twetminstre qui le montre. Il s’agit sans doute de la première étude portant sur l’usage de Twitter en Afrique.

L’étude a porté sur 11,5 millions de tweets géolocalisés et sur un panel de 500 des utilisateurs africains de Twitter les plus actifs. En nombre de tweets c’est l’Afrique du Sud qui vient en tête, devant le Kenya, le Nigéria, l’Egypte, le Maroc, l’Algérie, le Rwanda, la Tunisie, le Mali et le Cameroun.

Les 20 premiers pays qui ont le plus tweeté dans cette période représentent 70% de la population africaine totale, et 88% des internautes africains. L’étude montre que 60% des utilisateurs de Twitter ont entre 21 et 29 ans, ils sont donc plus jeunes que la moyenne mondiale des utilisateurs de Twitter qui est de 39 ans.

Twitter sert d’abord à converser avec ses amis (88%), mais il sert aussi à suivre l’actualité (68%) particulièrement pour l’actualité internationale (pour 76% de ceux qui l’utilisent comme première source d’information).

On note aussi que 57% des tweets étudiés ont été envoyés depuis un téléphone mobile. Et enfin que les utilisateurs africains de Twitter sont des adeptes des réseaux sociaux : 94% utilisent aussi Facebook, 46% Google+, 37% LinkedIn et 23% Foursquare.

La société britannique Portland Communications qui a participé à cette étude, a été fondée en 2001 par un ancien conseiller du Premier ministre Tony Blair. Elle a des bureaux à Londres, New York et Nairobi (pour l’Afrique).

On notera au passage que des clones africains de Twitter sont apparus avec plus ou moins de succès. Exemple avec Naijapulse au Nigéria.

Cela ne doit pas faire oublier pour autant que selon l’Union internationale des télécommunications (UIT), l’agence spécialisée des Nations Unies, on estimait qu’en 2010, 77 millions d’Africains, soit seulement 9,6 % de la population du continent, ont eu accès à Internet depuis leur ordinateur.

"Si l’Internet fixe progresse difficilement, avec plus de 400 millions d’abonnements en 2010, l’Afrique utilise largement le téléphonie mobile." signalait Le Monde en février 2011, cette étude semble le confirmer.

Gilles Klein

(Source : Atlantico 28 janvier 2012)

Post-Scriptum

Télécharger le rapport de Portland en cliquant ici.

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)