twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cité dans l’affaire Millicom par le PS : Sérigne Diop se décharge sur Moustapha Diagne

mardi 23 février 2010

Les socialistes ont interpellé l’actuel médiateur de la République dans cette affaire de Milicom Sentel qui date de 1998. Dans sa réponse, Sérigne Diop s’est déchargé sur le Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan de l’époque, Mouhamed El Moustapha Diagne qui était dans le Gouvernement de Mamadou Lamine Loum de juillet 1998 à avril 2000.

C’était le dernier Gouvernement du régime d’Abdou Diouf « Je n’ai géré que les aspects techniques de ce dossier » a déclaré Sérigne Diop qui attire l’attention des sénégalais sur le fait que dans une affaire pareille c’est le Ministre des Finances qui s’occupe des fonds. Et à l’époque, c’est Mouhamed El Moustapha Diagne qui était l’argentier de l’Etat. Il était le prédécesseur de Mamadou Lamine Loum à l’Inspection générale d’Etat avant d’être remplacé par l’actuel Directeur des Douanes Makhtar Diop. Ex-ministre délégué chargé du Budget, diplomate de formation, ex-conseiller des affaires étrangères, ancien secrétaire général du ministère des Affaires étrangères puis secrétaire général des services présidentiels avant d’être nommé ministre délégué chargé du Budget, Moustapha Diagne est donc attendu sur cette affaire de Milicom Sentel. Son entrée dans le Gouvernement de Loum, selon certains témoignages, était motivée par sa proximité avec l’ancien Ministre chargé des affaires présidentielles, Ousmane Tanor Dieng. Récemment, dans un communiqué, le Gouvernement a jugé « inacceptables les conditions dans lesquelles Sentel, avait en juillet 1998, obtenu du régime socialiste sa licence d’opérateur téléphonique pour un montant total de 100.000 dollars américain (50 millions de FCFA) ». L’Etat du Sénégal, estimant que cette somme était largement en dessous de la valeur de cette licence, a réclamé 200 millions de dollars (90 milliards de FCFA) à Sentel. « A cet égard, il ne saurait être sérieusement contesté que le prix d’acquisition par Millicom et sa filiale Sentel le 03 juillet 1998 de la Deuxième Licence était manifestement dérisoire, spoliant les intérêts du Sénégal et ne pouvait avoir été fixé que dans des conditions fortement suspectes, le tout consécutivement à des actes qui étaient loin d’être honorables et dont les seuls bénéficiaires ont été d’une part, l’attributaire de ladite licence et d’autre part, les responsables sénégalais qui, en son temps, étaient à l’origine de ladite attribution » a écrit Karim Wade dans son communiqué. Rappelons que dans l’article premier du décret n° 2005.08 du 6 janvier 2005, signé par le président et son premier Ministre d’alors Macky Sall, ces derniers mettaient en garde l’Inspecteur Général d’Etat en ces termes : « La disponibilité accordée à M. Mouhamed El Moustapha Diagne, inspecteur général d’Etat, Mle de solde 363829/0, par décret n° 2002-989 du 29 août 2002, est renouvelée pour deux ans ». Ainsi, « l’intéressé devra solliciter sa réintégration deux mois au moins avant l’expiration de la période en cours ». Et, le président Wade et Macky Sall de poursuivre en estimant que : « l’expiration de la présente période de disponibilité, M. Mouhamed El Moustapha Diagne, inspecteur général d’Etat de classe exceptionnelle, qui n’aura pas sollicité sa réintégration, sera considéré comme démissionnaire ». Le Ministre d’Etat, Directeur de Cabinet du Président de la République et le Ministre de l’Economie et des Finances étaient « chargés, chacun en ce qui le concerne de l’exécution du présent décret qui sera publié au Journal officiel » écrivaient les deux chefs de l’Exécutif le 6 janvier 2005. Mohamed El Moustapha Diagne est attendu sur la question. Car ce dossier qui concerne Karim Wade, Thierno Ousmane Sy, Serigne Diop et El Moustapha Diagne doit être vidé...

(Source : Rewmi, 23 février 2010)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)