twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

11ème réunion du registre de l’internet pour l’Afrique : L’Afrique appelée à songer à une meilleure inter connectivité

mercredi 25 novembre 2009

« Protéger l’avenir de l’Internet en Afrique : en prévision de la mise en œuvre du protocole ipv6 ». Tel est le thème de la 11ème réunion du registre de l’internet pour l’Afrique qui s’est ouverte hier mardi 24 novembre à Dakar. Le début de cette rencontre de quatre jours a permis à Adiel Akplogan, directeur général d’AfriNic de rappeler aux africains que « Le continent africain devrait réfléchir sur la manière d’arriver à un meilleur inter connectivité de son réseau Internet et se préparer aux évolutions notées dans ce domaine », déclare M. Adiel. AfriNic a organisé la 11ème réunion du registre de l’internet pour l’Afrique avec la collaboration de l’Agence de Régulation des Télécommunications et des Postes (Artp) dans le cadre de la mission de promotion des Tic en général et des Télécommunications en particulier. Cette rencontre « permettra à l’ensemble des participants d’apprécier l’étendue des avancées technologiques et leur impact socioéconomique et politique sur le continent », a annoncé Adiel Akplogan, directeur général d’AfriNic. Cette cérémonie qui a eu lieu dans un hôtel de la place hier 24 novembre avait pour thème « Protéger l’avenir de l’Internet en Afrique : en prévision de la mise en œuvre du protocole ipv6 ».

Cette réunion « est présentée comme un appui aux milieux universitaires et professionnels en vue d’organiser la réflexion sur les grandes questions relatives aux Tic en Afrique telle que la gouvernance de l’Internet », a informé le directeur d’AfriNic. C’est dans cette perspective que « le continent africain devrait réfléchir sur la manière d’arriver à un meilleur inter connectivité de son réseau Internet et se préparer aux évolutions notées dans ce domaine », a renseigné Adiel Akplogan. Selon toujours lui, « l’Afrique fait face à un défi éducationnel en relation avec l’utilisation et le développement d’Internet ».

Dans cette mouvance, Nongo Diaw, directeur général de l’Artp déclare : « Internet est un médium de communication, et l’Afrique a besoin de former les jeunes en particulier à une meilleure utilisation de cet instrument ». Avant d’ajouter que la culture de l’Internet « doit être adaptée dès le bas âge aux réalités africaines en sensibilisant les pouvoirs publics et les utilisateurs, pour une meilleure adaptation à l’Internet de demain ».

Aïssatou Doucouré

(Source : Sud Quotidien, 25 novembre 2009)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)